Des bibliothèques sans bibliothécaires ?

Via Scoop.itBibliotecas Escolares. Curating and spreading Portuguese School Libraries action

Le discours/action du bibliothécaire

Considérons à nouveau nos deux pôles hâtivement explorés “bibliothèque-lieu ouvert” et “collection-connaissance”, pour nous interroger sur la raison qui semble donner un avantage décisif à la bibliothèque comme espace pertinent dès qu’il s’agit de faire société. D’une part ce type de lieu veut accueillir indifféremment l’enfant et le SDF, d’autre part ses espaces ne connaissent a priori que la sage et neutre concurrence des documents de la collection ou des ordinateurs disposés en ce même lieu. Bref, la bibliothèque apparaît à un oeil non averti comme un lieu ouvert neutre, les collections n’offrant qu’une dimension décorative.
Comme on n’a pas tenté d’expérimenter la cafétéria agrémentée d’ouvrages, ni la salle polyvalente garnie de rayonnages, et que la bibliothèque affirme son succès, je peux lancer l’hypothèse qu’est à l’oeuvre une dynamisation de cette dernière qui, justement, dépasse le voisinage pour accéder à la commensalité.

Et si l’action bibliothécaire était en quelque sorte le ferment qui fait lever la pâte (ou le fouet qui fait prendre la mayonnaise … ) ? Disposer, classer, organiser l’espace, disséminer l’institution en des services attentifs, provoquer la surprise par des manifestations évènementielles, répondre aux questions, proposer des découvertes, accompagner le novice ou l’inquiet, apporter son expertise spécifique aux autres experts… Les bibliothécaires sont partout dans la bibliothèque (et parfois au-delà ! ), qu’on les voie en première ligne ou guère. Faites l’expérience – c’est mon côté enseignant – : repérez dans une bibliothèque anonyme les traces que laissent les bibliothécaires de leur activité accompagnatrice. L’exercice est intéressant : même en l’absence de ce qu’on appelle volontiers les “services innovants”, vous comprendrez que cette action est omniprésente (et peut-être pourquoi, si c’est bien conduit, cette bibliothèque accueille autant de monde !).

La bibliothèque n’est pas qu’un lieu qui abrite des livres (malgré son étymologie), c’est ou ce doit être un espace commun qui crée société autour de tous ces savoirs qui fédèrent le goût pour la connaissance d’une collectivité singulière. Faire société, fédérer, ce n’est pas au fond une question d’espace aménagé ni de collections matérielles, c’est une question de bibliothécaires. Peut-être pas ceux que nous avons connu ni ceux que nous imaginons, certainement pas solitairement ancrés dans leur entreprise. Alors que tout est aujourd’hui document (Jean-Michel Salaün écrit même que “‘je’ est un document”), qui fera connaissance ?

Je ne sais pas comment évolueront le métier et les fonctions des bibliothécaires, mais je ne pense pas que les bibliothèques existeront sans eux. Les collections migreront sans doute en bonne part vers le numérique, mais l’exigence d’un espace social dynamisé autour de la connaissance devrait perdurer.

C”est pourquoi, à la question qui a engagé ma réflexion “faut-il des bibliothèques sans bibliothécaires ?”, je réponds que le stock n’a jamais créé de connaissance. Et à cette autre question liminaire ”faut-il encore des bibliothécaires ?”, je dois répondre “oui, si vous voulez conserver des lieux qui fassent société”. Bref, des bibliothèques…

Via bccn.wordpress.com

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s